Vous êtes de plus en plus nombreux à vouloir utiliser des shampoings moins agressifs, plus doux pour vos cheveux et meilleurs pour la planète. Mais devant les mentions qui fleurissent sur les produits capillaires, on y perd vite son latin! « Sans sulfates », « sans silicones », « sans parabènes »… à quoi se fier réellement et comment faire le bon choix? Il suffit en réalité d’éviter certains composants! Pour vous aider à faire le tri, voici une liste de 10 ingrédients à éviter dans un shampoing et nos astuces pour repérer les produits les plus sûrs!

Top 10 des catégories d’ingrédients à éviter dans un shampoing

  1. Les formaldéhydes. Sur l’étiquette : DMDM hydantoine, dioazolidinyl urea, imidazolidinyl urea, quaternium-15. Tous libèrent du formaldéhyde, un cancérigène aujourd’hui reconnu internationalement;
  2. Les surfactants éthoxylés. Sur l’étiquette : sodium laureth sulfate (SLES) et tous les ingrédients qui finissent par « -eth » (ex. : ceteareth, laureth-4, laureth-23…); ils sont tous contaminés par des cancérigènes : ces ingrédients sont produits par une réaction avec de l’oxyde d’éthylène, une substance synthétique reconnue cancérigène et contaminée par une impureté de fabrication potentiellement cancérigène pour l’homme telle que le 1,4-dioxane. Cette substance est classée dans le groupe 2B du Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) car elle présente un fort potentiel cancérigène pour l’homme;
  3. Les émulsifiants éthoxylés. Sur l’étiquette : PEG, PPG-…, polysorbate – (20, 30, 80…);ils sont tous contaminés par des cancérigènes issus de la réaction avec de l’oxyde d’éthylène comme mentionné ci-dessus;
  4. Ingrédients contenant des amines. Sur l’étiquette : cocamidopropyl betaine, triéthanolamine et cocamide DEA/MEA (et tous les ingrédients ayant le suffixe « DEA » ou « MEA » ).Ces ingrédients sont contaminés avec des nitrosamines, un cancérigène potentiel selon la Proposition 65;
  5. Les polyquaterniums. Sur l’étiquette : Polyquaternium-XX (10, 14…). La matière première utilisée pour les fabriquer est contaminée par des nitrosamines et non biodégradable selon les standards de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE);
  6. Les perturbateurs endocriniens  Sur l’étiquette : propyl, isopropyl, butyl, isobutyl, BHA, BHT, phthalate, triclosan. Ces substances peuvent interférer avec le bon fonctionnement du système hormonal );
  7. Les isothiazolinones. Sur l’étiquette : méthylisothiazolinone (MIT) et méthylchloroisothiazolinone (MCI); ils provoquent des allergies cutanées et eczémas. De nombreux individus développent des sensibilités fortes et de plus en plus de cas de brûlures chimiques sont aujourd’hui reliés à ces ingrédients;
  8. Les allergènes. Sur l’étiquette : phénoxyéthanol, cinnamal, citral, coumarin, eugenol, farnesol, geraniol, limonene, linalool : sont tous des substances allergènes répertoriées par le Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs (CSSC) et l’EWG. Elles posent des risques de toxicité (faune aquatique), d’irritations et d’allergies cutanées. Le phénoxyéthanol est notamment classé « danger modéré » pour la santé, notamment pour sa toxicité pour le système immunitaire et pour les allergies, selon EWG. C’est donc un ingrédient préoccupant.
  9. Les silicones et polymères. Sur l’étiquette : dimethicone, amodimethicone, acrylates crosspolymer. Ce sont sont des composés synthétiques, sources non-renouvelables et non-biodégradables;
  10. Les fragrances et /parfums. Sur l’étiquette : Fragrance/Parfum. Ce terme regroupe une multitude d’ingrédients « secrets » dans lesquels on retrouve régulièrement des perturbateurs endocriniens et/ou des cancérigènes et/ou des synthétiques et/ou des allergènes. Il est impossible de connaître la composition à moins que ce soit listé sur l’étiquette (selon les pratiques aujourd’hui recommandées selon la nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques (INCI).

Comment choisir des shampoings non toxiques?

Cosmétiques et shampoings sains et sûrs

Le gouvernement considère la plupart des produits ménagers et de soins corporels comme non toxiques et tolère la présence de cancérigènes.  Pourtant, de plus en plus d’organismes, tels que l’EWG ou la fondation américaine Breast Cancer Prevention Partners avec sa campagne « Campaign for safe cosmetics », dénoncent  les risques associés.

Les questions sont soulevées et le choix d’utiliser ses produits revient au consommateur : Qui veut-être s exposé de manière répétitive à ces faibles concentrations de contaminants présents dans la multitude de produits que l’on utilise plusieurs fois par jour, et ce tout au long de notre vie?

Nous réagissons tous différemment face aux expositions à des produits chimiques. C’est donc à nous de déterminer quels critères comptent le plus; les ingrédients rassurants sans contaminants cancérigènes, sans perturbateurs endocriniens, sans ingrédients synthétiques, sans allergènes, sans dérivés d’animaux, etc.?  

Si comme pour nous chez ATTITUDE la quête de produits faits d’ingrédients rassurants est primordiale pour vous, voici quelques astuces pour identifier facilement les shampoings sans produits toxiques :

– Opter pour des marques de confiance appuyées par des certifications reconnues (EWG VERIFIED™ par exemple);

– Choisir des shampoings et cosmétiques faits d’ingrédients naturels, c’est à dire, d’origine végétale ou minérale;

– Vérifier les ingrédients inconnus sur la base de données Skin Deep Cosmetics Database de l’EWG qui recense les risques et dangers possibles pour la santé associés aux produits de beauté et de soins personnels;

– Se méfier des shampoings annonçant « sans parabène », « sans sulfates », « sans phtalates ». Le parabène, qui est un conservateur, est par exemple souvent remplacé par un ingrédient tout aussi inquiétant tel que le méthylisothiazolinone (MIT) et méthylchloroisothiazolinone (MCI);

Shampoings non toxiques

Substances indésirables dans un shampoing : quel impact?

L’impact sur la santé

Quel est l’impact que l’utilisation de nos shampoings peut avoir sur nous avec le temps? La science ne dispose pas d’assez de données actuellement pour évaluer les répercussions d’une exposition à différents contaminants pendant toute une vie. Le fait est que notre peau n’est pas impénétrable; elle peut absorber une panoplie de produits chimiques,.

Dur à croire, mais plus de 200 produits chimiques industriels et polluants ont en outre été trouvés dans le sang du cordon ombilical de 10 nouveau-nés! Cette étude fut menée par l’EWG en 2005, par des chercheurs de deux grands laboratoires.

Les chercheurs commencent à peine à comprendre les effets cumulatifs d’une exposition prolongée à des contaminants chimiques se trouvant en faible quantité dans nos produits de tous les jours. Il demeure encore  difficile d’en déterminer les répercussions en raison de l’omniprésence de ces contaminants, de leur quantité et de l’interaction entre les différents agents chimiques.

En réaction, les études en santé environnementale visant à analyser notre exposition quotidienne aux produits chimiques sont de plus en plus nombreuses. Des organismes comme l’Organic Consumer Association aux États-Unis dénoncent entre autre la présence de contaminants dans nos cosmétiques et se battent pour une législation plus transparente. Un pas positif pour faire évoluer les choses!

L’impact pour l’environnement

Il est important de se questionner sur ce que les produits que nous utilisons font à notre planète. Les industries utilisent des ressources non renouvelables et bioaccumulables c’est-à-dire aux effets persistants dans l’environnement. Les produits chimiques qui découlent dans nos rivières et nos lacs affectent de plein fouet la vie marine. Les impuretés industrielles telles que le 1,4-dioxane sont également très problématiques. On sait par exemple, que le 1,4-dioxane est une substance qui ne peut être filtrée par les stations d’assainissement des eaux. Elle s’accumule et se retrouve donc dans les eaux potables.  

Chez ATTITUDE, nous croyons qu’il est important d’être prudent et de s’appuyer sur un processus de développement de produits rigoureux.  C’est pourquoi tous nos shampoings sont développés à partir d’ingrédients sûrs à 100 %.  Nous avons comme vision de tout remettre en question et nous vous invitons à faire de même!

Pour en savoir plus sur tout ce qui se cache dans un shampoing, lisez nos témoignages sur le sujet :

Dans le shampoing d’Une Parisienne à Montréal
Dans le shampoing d’Emily (Our Nest in the City)
Dans le shampoing des filles de HappyFitness
Dans le shampoing de Blond Story

Mémo pratique : comment repérer les ingrédients sains et sûrs dans un shampoing?

Pour vous guider et vous aider à dénicher le meilleur shampoing pour vous, voici la liste des ingrédients* sains et sûrs :

– Sodium coco-sulfate : un tensioactif dérivé de l’huile de coco à l’excellent pouvoir nettoyant et qui apporte de la consistance au shampoing.

– Coco-glucoside : un agent moussant (tensioactif) d’origine végétale dérivé de l’huile de coco et composé de glucoses (sucres). Dans les shampooings, il nettoie et lisse la fibre capillaire.

– Decyl-glucoside : un tensioactif composé de glucoses et dérivé de fécule de maïs et d’huile de coco.

– Lauryl glucoside : un tensioactif d’origine végétale et adapté aux formules destinées aux peaux sensibles.

– Sodium cocoyl glutamate : un tensioactif dérivé de l’huile de coco, du maïs et des sucres de fruits (glucose).

– Sodium cocoyl isethionate : un tensioactif dérivé de l’huile de coco.

– Sodium cocoamphoacetate : un tensioactif dérivé de l’huile de coco qui nettoie et fait mousser en douceur.

– Glycérine végétale : obtenue à partir d’huiles de colza ou  de noix de coco. C’est un agent hydratant pour la peau et les cheveux.

– Sodium citrate : sel de sodium de l’acide citrique d’origine végétale utilisé comme séquestrant, émulsifiant ou stabilisant dans une formule.  

– Potassium sorbate : le sel de potassium de l’acide sorbique est un acide gras naturel extrait des baies du sorbier, il est  utilisé comme conservateur antimicrobien.

– Stearyl citrate : d’origine végétale et formé d’alcool stéarylique et d’acide citrique  c’est un émollient qui assouplit, adoucit et hydrate la peau ou les cheveux.

– Glyceryl oleate : d’origine végétale, c’est un émollient qui assouplit, adoucit et hydrate la peau ou les cheveux.

– Butyrosperum parkii butter (beurre de karité) : extrait des noyaux des fruits du karité, c’est un émollient qui assouplit, adoucit et hydrate la peau ou les cheveux.

Bon à savoir : tous les ingrédients ci-dessus sont d’origine végétale et entièrement biodégradables.

*Les ingrédients listés ci-dessus sont des exemples d’ingrédients rassurants, mais il est important de noter que purs, ils peuvent être irritants. Le secret est toujours dans le bon dosage et la formulation!

Vous avez trouvé cet article intéressant? Passez le mot en le partageant avec vos amis!